Avortement - Interruption de grossesse : Pour le droit au libre choix

 

Votre témoignage nous intéresse ! Écrivez-nous
Enceinte sans l'avoir voulu ?

Vous avez eu des rapports sexuels sans vous protéger ? Agissez rapidement !

Une pilule oubliée, un vomissement, une diarrhée...
un préservatif qui a glissé...
un échec de l'Implanon, de la stérilisation...
un moment d'oubli...
Il y a beaucoup de situations où la contraception peut échouer ou tout simplement être oubliée...

Même une éjaculation près du vagin, des caresses - sans pénétration - peuvent amener une grossesse...

La contraception "d'urgence"


Les règles ne viennent pas...

et/ou vous éprouvez des nausées, un gonflement des seins, vous craignez d'être enceinte sans l'avoir voulu et vous envisagez une interruption de grossesse ? Faites rapidement un test de grossesse (pharmacie, médecin) pour avoir la certitude.

Parlez-en avec votre partenaire, une amie, vos parents, votre médecin ou une autre personne de votre confiance... Ou adressez-vous à un centre de planning familial, si vous désirez parler avec une personne neutre. Les conseillères des centres sont tenues au secret professionnel. Elles vous aident à arriver à une décision autonome, vous offrent un accompagnement, mais aussi une aide si vous décidez de garder la grossesse.

Les expériences d'autres femmes peuvent éventuellement vous apporter un soutien.

Les informations ci-après sont valables pour la Suisse :

Si vous êtes mineure il est bien sûr préférable que vous puissiez parler à vos parents. Mais leur consentement à l'interruption de grossesse n'est pas obligatoire. Par contre, la consultation d'un centre de consultation est obligatoire pour les mineures de moins de 16 ans selon la loi suisse.

Vous êtes la seule personne à pouvoir juger de ce que représente une grossesse non désirée dans votre vie. Selon le régime du délai en vigueur en Suisse, la décision d'interrompre ou de poursuivre votre grossesse vous appartient à vous seule, dans les 12 premières semaines (à compter du premier jour des dernières règles). Ne vous laissez pas imposer quoi que ce soit. Prenez votre temps pour arriver à VOTRE décision, mais ne perdez pas du temps inutilement.

Après la 12ème semaine l'interruption de grossesse n'est autorisée que lorsqu'un médecin constate une menace grave pour la santé physique ou psychique de la femme. Le danger devra être d'autant plus grave que la grossesse est avancée. L'avis d'un deuxième médecin n'est pas nécessaire. Certains hôpitaux et médecins privés demandent cependant que la femme s'entretienne avec un psychiatre.
Peu d'hôpitaux et de médecins pratiquent les interruptions de grossesse après la 14ème semaine (à moins qu'il y ait malformation foetale). Vous trouvez quelques liens ici.
A l'étranger il existe des cliniques spécialisées pour les interruptions tardives aux Pays-Bas, en Angleterre et en Espagne. cf. nos liens.


Comment procéder si vous avez décidé d'interrompre la grossesse

Adressez-vous immédiatement à un médecin ou à la policlinique gynécologique d'un hôpital. Demandez une consultation le plus rapidement possible - plus l'intervention peut se faire tôt, mieux c'est. (Vous trouvez quelques adresses ici. Les centres de planning familial pourront au besoin vous donner d'autres adresses).
Dispositions cantonales d'application de la loi
Centres de planning familial en Suisse

Lors de la première consultation, une échographie sera très probablement faite pour établir l'âge exact de la grossesse. Attention: beaucoup de femmes éprouvent des émotions troublantes en regardant l'écran. Si vous ne désirez pas voir les images, exigez qu'on détourne le moniteur.

Le médecin est tenu par la loi de vous informer et de mener avec vous un entretien approfondi. Vous recevez un dossier d'information et vous devez signer une demande écrite.

Si moins de 49 jours se sont écoulés depuis le premier jour des dernières règles, vous pouvez choisir entre la méthode médicamenteuse (Mifégyne, RU486) ou chirurgicale de l'IVG.
Les méthodes de l'interruption de grossesse
Adresses pour obtenir la méthode médicamenteuse en Suisse

Le plus souvent l'intervention se fait en clinique, en ambulatoire ou avec une brève hospitalisation. Mais elle peut aussi se faire en cabinet médical. Le risque de complications est minime.

Les coûts

Les coûts de l'intervention sont remboursés, en Suisse, par l'assurance-maladie (après déduction de la quote-part et de la franchise de l'assurée). Les coûts varient selon la méthode de l'intervention (médicamenteuse ou chirurgicale), l'endroit où elle se fait, selon qu'elle se fait en ambulatoire ou - rarement - avec une hospitalisation et selon le stade de la grossesse. La gamme se situe entre 500 et 3'000 francs environ (ou plus pour des interruptions tardives pour indication médicale).

ATTENTION: si vous vous êtes assurée par l'intermédiaire d'une organisation anti-avortement ("mère et enfant" ou Pro Life) en signant une déclaration "éthique" de renoncement au remboursement d'une IVG, la caisse vous remboursera tout de même - c'est une prestation obligatoire dans le cadre de l'assurance de base!!!

Pour les chercheuses d'asile et les sans-papiers qui ont des difficultés de financer une interruption de grossesse, il existe des centres de consultation et de soutien Soutien aux sans-papiers.

En France
les frais sont pris en charge par l'assurance comme pour les autres traitements médicaux.


Vous avez encore des questions? Envoyez-nous un e-mail ou téléphonez au 031 911 57 94

nach oben

Enceinte sans l'avoir voulu ?

Vous n'habitez pas en Suisse? Adressez-vous à l'une des adresses sur notre page des liens