Avortement - Interruption de grossesse : Pour le droit au libre choix

Statistiques des interruptions de grossesse en Suisse

Commentaire par Anne-Marie Rey
10.6.2014

Pour la première fois, en 2004, l’Office fédéral de la statistique s’est chargé de rassembler et compiler les chiffres cantonaux des interruptions de grossesse. Dans les années 1993-2003, c’est l’Union suisse pour décriminaliser l’avortement (USPDA) qui s’en occupait. Avant 2003, un groupe d'experts a assemblé régulièrement les données disponibles dès 1966/70.

Les statistiques cantonales ne sont toujours pas entièrement unifiées. Il reste à espérer que cela pourra encore s’améliorer.

Pour la comparaison des chiffres 1970-2002 avec ceux des années ultérieures, la difficulté réside dans le fait que certains cantons ont changé leur mode d’enregistrement dès l’entrée en vigueur du régime du délai (1.10.2002) et surtout dans l’absence de statistique dans le canton de Zurich qui présente le nombre le plus élevé d’IVG et pour lequel on a dû faire des estimations jusqu’en 2002. Ces estimations se basent, dès 1993, sur des enquêtes approfondies auprès de tous les hôpitaux et tous les médecins gynécologues et psychiatres dans le canton (taux de réponse 95%). Elles peuvent donc être qualifiées de fiables.

Dès lors, on peut constater avec certitude que:

nach oben

La situation en Suisse