Avortement - Interruption de grossesse : Pour le droit au libre choix

Comité OUI au régime du délai
Communiqué de presse du 11 juillet 2001

Régime du délai : le PDC dans le mauvais camp

Le référendum contre le régime du délai a abouti, mais ce n'est pas grâce au parti gouvernemental Démocrate-Chrétien. Par conséquent, dans le camp des opposants, le ton sera donné par les groupements fondamentalistes.

En avril, le PDC lançait un référendum contre le régime du délai qu’une large majorité du Parlement avait adopté après une longue consultation. Le PDC croit devoir se profiler avec son propre « Modèle de protection avec consultation obligatoire ». Il omet cependant de préciser que la réglementation adoptée par le Parlement garantit également une information et une consultation détaillée pour la femme enceinte. Une deuxième consultation obligatoire a été rejetée par la plus grande partie des praticien-ne-s, qui la considèrent inutile.

Apparemment, le PDC a été désavoué par sa base: il n’a pas su récolter seul les 50'000 signatures nécessaires. La consultation forcée ne convainc manifestement pas, même dans ses propres rangs.

En revanche, « l’Aide Suisse pour la Mère et l’Enfant », réunissant les antiavortements fondamentalistes, a rassemblé à elle seule environ 80'000 signatures. Le même groupement a lancé une initiative qui interdirait les interruptions de grossesse, même pour des femmes victimes de viol. Sans doute, cette organisation conduira la campagne de manière polémique, vulgaire et misogyne. On a déjà pu le constater lors de leurs précédentes actions.

Actuellement, le PDC se retrouve donc dans la désagréable situation d’être le « petit » partenaire des fondamentalistes dans la campagne référendaire. En effet, outre l'association « Pour la Mère et l’Enfant », la « Société suisse pour la protection de l'enfant à naître » - avec laquelle le PDC s'est allié - fait également partie des groupes fondamentalistes. La question de savoir si le PDC, par cette mésalliance, se rend service ou pas, lui appartient… Les signatures manquantes à son propre texte référendaire semblent pourtant autant d'indices significatifs.

Les partisan-e-s d’un régime du délai raisonnable se sont uni-e-s dans le comité « Oui au régime du délai », qui est largement soutenu. Ils et elles demandent au PDC de les rejoindre dans une lutte commune contre le fondamentalisme. Aujourd'hui, 18 partis, organisations professionnelles et organisations féminines suisses ont déjà adhéré au comité.

nach oben

Les oppposants